HISTORY ( ce texte est une petite recherche personnelle, sans aucune prétention de faire un véritable historique, européen uniquement)


Avant-Propos - On constate que l'évolution de la radio portative a principalement été influencée par 2 facteurs. Le premier, et sans doute le plus important, est le développement technologique des lampes et l'apparition des transistors. Le second est d'ordre sociologique - l'amélioration des conditions de vie et l'accès aux loisirs. La possibilité de quitter son logis pour partir quelques jours à la campagne ou en vacances en emportant son poste de radio, a grandement favorisé l'essor de la radio portable. Caractéristiquement, de nombreux portatifs portent des noms comme "Camping", "Weekend", "Rallye", "Riviera", "Reporter", "Reise", etc.

 

Radio "transportables" dès les années 20

La radio portable a pratiquement existée depuis l'avènement de la T.S.F. En effet, dès les années 20, certains constructeurs ont produits des radios batteries montées dans un coffre ou une valise avec pour but, la transportabilité. Trois exemples belges - le constructeur Trialmo avec son modèle " 505" (radio valise) de 1927 et SBR en 1928 avec le modèle " Super V Semi -portable" (étant donné que l'alimentation était encore externe) et en 1929 avec le modèle "Récepteur Valise". En France, plusieurs fabricants ont produits ce type de récepteurs radio - Grammont (Poste Voyage, 1925), Helios (Radio Valise, 1928), La Voix de son Maître (Modèle 55, 192?), Radio LL (Super Rallye N°4, 1927), etc. Ce sont des appareils lourds et encombrants où la notion de "portables" est toute relative. Ces modèles restent marginaux car technologiquement, ils ne sont pas très différents des postes batteries classiques mais plutôt des variantes de ceux-ci.

L'avénement des vrais portables au cours des années 30

Ce qui a réellement permis la naissance des radios portables "all in" est sans contexte le développement des lampes à faible consommation filamentaire. Le but étant de reduire le volume et le poid des batteries et/ou piles qui restaient le handicap majeur. Dès le milieu des années 30, apparaissent les lampes de la Série K qui fonctionnent avec une tension filament de 2V pour un courant variant de 65 à 270 mA. Ce sont principalement les constructeurs allemands qui ont exploités ces nouveaux tubes. Par exemple, Wega en 1936-37 avec le modèle Super-Koffer WSK, Nora en 1938 avec le modèle Reise-Super K69, Braun en 1937-38 avec le modèle Koffer-S BKS237 et également Philips, en 1938-39, avec le modèle 225 B. En France, on a aussi quelques exemples: le Radiola RA228B de 1939 ( KK2, KH1, KBC1, KL4), le Derveaux Weend-End 38 de 1938 (KK2, KF3, KBC1, KL1) et le Ducretet Camping de 1938. Parallèlement, en 1939, apparait une des première série de lampes à chauffage direct sous 1,4V - les DF33, DAC32, DK32 et DL33 à culot octal. Ces tubes sont principalement utilisés par les contructeurs anglais comme Ever, Pye, Roberts, Vidor, Decca et ce jusqu'en 1946-48. Vu la grandeur des lampes et la technologie de l'époque en matière de batteries et de piles sèches, l'ensemble de ces modèles restent encore assez lourds et encombrants.

Les années 40, le début de la miniaturisation

Une réduction progressive des dimensions et du poid des radios portables a pu être réalisée dès le début des années 40 avec l'introduction sur le marché des lampes de la Série D. Ces lampes étant spécialement dévelopées pour les radios portatives avec un chauffage direct sous 1,2 ou 1,4 V pour des courants variant entre 25 et 100 mA.. Une première approche a vu le jour en 1940 avec l'introduction de la série des lampes DF11, DAF11, DCH11, DL11 et la série DF21, DK21, DAC21, DL21. Cette dernière, a finalement été peu utilisée, plus ou moins de 1940 à 1943, et cela en raison de la grandeur encore assez importante des lampes. Citons parmis les radios utilisant la série Dx21 - Philips Koffer 122 ABC (1940-41), Orion 146 (1941), Salve Camping 2 (1941-46), SRA Radiola 410 Bat (1941-42). Par contre, la série Dx11 a été utilisée par tous les principaux constructeurs allemands et sur une période allant de 1941 jusqu'au début des années 50. Voici quelques modèles utilisant cette série de lampes - Braun Piccolo BSK441 (1941-43), Nora K62 (1942-43), Akkord Camping NB (1948-50), Braun 449D (1949-50), Telefunken Bajazzo 50 (1950-51), Blaupunkt Riviera K51 (1950-51). Une autre série de tubes est aussi apparue vers 1941, la Dx25 avec des lampes à socket loctal, mais encore moins utilisée que la Dx21. Mentionnons également une série de lampes avec culot Rimlock, les DAF40, DAF41, DK40 et DL41, mise sur le marché en 1948, aussi très peu utilisée (Philips LS402B et SRA521). Finalement, c'est à partir de 1948 que sont produits les premiers tubes avec un culot miniature 7 broches et aux dimensions très réduites (H = 54 mm, d = 19 mm). Le premier groupe de 4 lampes miniatures typiques aux radios portables est la série DF91, DAF911, DK91, DL91.

L'apogée de la radio portative à tubes pendant les années 50

Après la série Dx91, apparait en 1949 la Dx92 et en 1953 la série Dx96 et pour certains tubes, comme pour la pentode de puissance, des stades intermédaires - DL93, DL94, DL95. A la mise sur le marché des ces séries de lampes miniatures, on assiste à une explosion du nombre de radios portables produites par pratiquement tout les pays d'Europe. On compte dans les années 50 des centaines, voire des milliers, de modèles différents. Les dimensions et le poid sont fortement réduits jusqu'à produire des radios portables à tubes de très petite dimensions. La majorité de ces récepteurs fonctionnent en double alimentation, d'une part sur le secteur alternatif et d'autres part, bien sur, à l'aide de piles sèches. De nombreux modèles issus de ma collection utilisent ces lampes miniatures. Outre-atlantique, les lampes miniatures 7 broches sont apparues sur le marché américain nettement plus tôt qu'en Europe, vers 1940, et il existe une équivalence entre les lampes américaines et européennes. C'est pour cette raison, par exemple, que beaucoup de portatifs français des années 50 sont équipés de 3 tubes américains et d'un tube européen.

Et Bell Telephone créa le transistor

Officiellement, le transistor est né en 1947, dans les laboratoires de Bell Telephone, avec l'invention du premier transistor amplificateur "point-contact" par William Shockley, Walter Brattain et John Bardeen. Le prix Nobel de physique leur sera décerné en 1956. Le transistor fut considéré comme un énorme progrès face au tube électronique : il est très petit, il est plus robuste, il fonctionne avec des tensions faibles, il peut donc être alimenté par des petites piles et il fonctionne instantanément une fois mis sous tension. L'impact du transistor sur le développement des radios portatives fût énorme, à tel point que c'est devenu le nom générique pour désigner les radios portatives de petites dimensions.

Aux USA, la première radio à transistors apparait en 1954 ( le Regency TR1). En Europe, dès 1956, la France introduit le premier poste à transistors sur le marché, le SOLISTOR  de Clarville. La même année, le constructeur anglais Pye propose son modèle à transistors le PAM 710 . En 1957, Philips construit le L3X71T . Du coté des constructeurs allemands, les premiers portatifs à transistors apparaissent à la même époque avec par exemple: Akkord Peggie (1957), Nordmende Mambo 58 (1958), Braun Transistor 2 (1958), Grundig Transistor-Box (1958). La Belgique suit le même mouvement, d'abord en 1957 avec des modèles hybrides utilisant sur le même chassis des lampes et des transistors (Siera SA6007BT, Acec 5151, SBR P17) et aussi en 1957, Novak propose une radio portable à transistor qui ressemble plus à une radio de table. A partir de 1958, les principaux constructeurs belges mettent sur le marché des radios à transistors qui sont, pour la plupart, des clones de Philips ou d'autre marque.

Les principaux constructeurs belges de radios portables sont: Acec, Novak, Radiobell, Siera et SBR. Mais, il ya aussi quelques modèles chez Arel, Isis, Realson, Wevo, etc.